COMME J’AIMERAIS QUE…

Posté par 2ccr le 10 octobre 2014

 coucher soleil

… il n’y ait plus de gens sans maison et des maisons sans gens,

…il n’y ait plus gaspillage et dilapidation d’un côté et famine et pénurie de l’autre,

… les gens se rendent compte que le capitalisme les mène droit dans le mur,

… l’on cesse de fabriquer des riches plus riches et des pauvres plus pauvres,

… l’on fasse des lois pour le plus grand nombre et non pour quelques privilégiés,

… l’on arrête de rechercher le profit de quelques uns sur le dos de la grande majorité,

… l’on comprenne que la dette n’existe que pour le profit d’une poignée de rentiers,

… l’on sache que si ton patron a besoin de toi, tu n’a pas besoin de lui,

… l’on prenne conscience qu’un winner n’est qu’un fabricant de perdants,

…  l’on ne parle plus de charges, mais de cotisations sociales,

… la télévision propose autre chose que des émissions d’abrutisation accélérée,

… la politique ne soit pas confiée à des professionnels,

… les flics soient là pour me protéger et non pour me faire peur,

… les salariés comprennent qu’ils n’auront que ce qu’ils prendront,

… les pauvres qui votent pour l’UMP, le PS ou le FN soudain réfléchissent,

… la lutte des classes ne soit pas seulement l’affaire des plus riches,

… les religions restent strictement dans la sphère privée

… l’argent public serve au bien public et non à une bande de prédateurs,

… les démagogues n’attisent pas les haines au nom du nationalisme

… le développement durable ne rime pas avec rentable,

… les hommes laissent leur ego au vestiaire,

… les gens comprennent que chacun a un rôle à jouer,

… l’on cesse de distribuer sans contrepartie de l’argent aux plus riches,

… l’on ne culpabilise plus les chômeurs,

…les hommes passent plus de temps à militer qu’à prier,

… la santé et l’éducation soient un droit pour tous,

… l’on n’écoute pas ceux qui prêchent la haine,

… l’on cesse de croire que le rôle des médias est de nous dire la vérité,

… tous ensembles nous construisions un monde de liberté, d’égalité et de fraternité.

… que vous cliquiez ici

Publié dans Société | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Y’A CAS, FAUT QU’ON !

 « en l’honneur de ceux qui ont plein d’idées, mais qui feraient bien de lever le cul de leur fauteuil … »

Il faut remettre de l’ordre
Cela ne peut plus durer
C’est ainsi que s’expriment
Ceux qui se sentent incapables
Et pour une illusion de sécurité
Ils sont prêts à tout brader
Même leur liberté

Il faut de l’autorité
Les gens en ont besoin
Voici ce que disent ceux qui ont abdiqué
Et pour avoir l’impression d’exister
Ils parlent d’égalité
Mais de toute leur vie
Ils n’ont jamais bougé

Il faut quelqu’un à poigne
Peut-être un dictateur
Ainsi parlent les lâches
Ceux qui ont tout eu
Et qui n’ont pas su se battre
Pour conserver ces biens
Légués par nos anciens

Il faut se rappeler
Que nous aussi, nous avons été jeunes
Que nous avions des rêves
Mais que nous n’avons rien fait
Nous nous sommes contentés de vivre
D’accumuler des biens
Sans penser au lendemain.

Écrit par Bob LE ROUGE

« La folie est de toujours se comporter de la même manière et de s’attendre à un résultat différent »… Albert Einstein

Et toujours en rimes …

 

Publié dans Voyages | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

LES 0,1% LES PLUS RICHES … ne savent même plus comment utiliser leur richesse.

mode1

Selon les travaux, relayées récemment par The Economist, d’Emmanuel Saez de Berkeley et Gabriel Zucman de la London school of economics, les inégalités en matière de richesse, aux Etats-Unis, ont atteint « des niveaux records ». Les 0,1 % les plus riches possèderaient autant que les 90 % d’en bas. Que faut-il en déduire ?

Il faut rappeler qu’il y a 30 ans, aux Etats-Unis, ces 0,1 % possédaient 8 % ou 9 % de la richesse, quand 90 % des personnes en possédaient 35 %. On est ainsi revenu à un niveau d’inégalités comparable à la situation d’avant 1929. Par ailleurs, cet état de fait est mortel économiquement, notamment parce que les 0,1 % les plus riches ne savent même plus comment utiliser leur richesse.

Rappelons que durant les Trente glorieuses aux Etats-Unis, le creusement des inégalités a débouché sur le recours à la dette publique et privée. Ces dettes ont finalement servi à maintenir la croissance dans le pays. Parallèlement, à la fin des années 1970, 67 % du PIB américain était orienté vers les salariés. Ça n’est plus le cas que de 57 % aujourd’hui. Il s’agit là de sommes considérables.

Si nous en sommes revenus, « à un niveau d’inégalités comparable à la situation d’avant 1929 », cela veut-il dire que nous sommes à l’aube d’un nouveau et très important rebond de la crise actuelle ? Ces inégalités sont en tout cas annonciatrices du fait qu’il ne peut y avoir de reprise économique lorsque, chaque mois, en France, par exemple, on compte 20 000 nouveaux chômeurs (en stock) et 60 000 personnes de plus en situation de pauvreté. Un tel niveau de chômage, de précarité et d’inégalités ne peut annoncer une reprise économique que ce soit d’ailleurs en France, dans la zone euro ou même dans d’autres pays. On constate par exemple que le Japon aura un déficit de 10 % du PIB cette année, avec seulement 1 % de croissance.

Par ailleurs, on peut s’attendre à une nouvelle euphorie des marchés financiers, qui continuent à s’endetter et à spéculer. Ni les pouvoirs publics, en Europe en particulier, ni les acteurs des marchés, n’ont tiré de leçons sérieuses de la crise de 2008.

Heureusement, les inégalités sont plus faibles en France qu’aux Etats-Unis, notamment grâce aux leviers sociaux. Mais on voit dans quelle direction s’oriente la France. Le rapport Cotis de 2009, rédigé à la demande de Nicolas Sarkozy, montrait déjà un creusement historique des inégalités, creusement entre revenus du travail et revenus du capital, mais creusement également au sein même des salariés. Une chose est sûre en tout cas. Aujourd’hui, la stratégie mise en place par le gouvernement, qui est globalement une stratégie de compétitivité à l’Allemande, ne peut pas marcher. En Allemagne, la réforme Schröder avait entrainé une baisse de 7 % sur l’ensemble des salaires réels… Or, si tous les pays européens avaient baissé leur salaire de 7 %, nous aurions été confronté à une récession. Cela fonctionne quand un seul pays entre dans cette stratégie, mais pas quand tout le monde le fait !

Source

Voir : COMPRENDRE LA CRISE

Publié dans Société | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

LES RICHES SONT INUTILES…

Publié le mars 23, 2014 par 2ccr

Chaque gouvernement, relayé par les médias et tous les larbins du capital, font tout pour démontrer que les riches sont utiles à la société à condition de ne pas freiner leurs talents, leur esprit de sacrifice dans la création d’entreprises, et surtout de ne pas les embêter avec des impôts qui les feraient fuir sous d’autres cieux plus cléments. Les économistes comme Cohen, Saint-Etienne et autres tartuffes de la finance démontrent, preuves à l’appui, l’utilité des riches pour la création d’emplois, de talents créatifs et autres balivernes complètement contraires à la réalité. Cette clameur médiatique ne tolère aucune opposition et BFM business comme Calvi sur « c’est dans l’air » expliquent doctement la vérité de la nécessité des riches.

Ces riches qui nous gouvernent ont créé non pas du travail mais du chômage (5 millions) ,12 millions de pauvres, 200 000 SDF, 3 millions de mal logés, 90% de la population en dessous de 2 000 euros par mois. Ils ont endetté la France de plus de 1 700 milliards d’euros, ils se sont diminués substantiellement leur participation aux dépenses publiques et à la bonne marche de notre société  en supprimant l’impôt sur la fortune, sur le patrimoine, sur les successions, avec en plus des niches fiscales dans les DOM-TOM ou toute autre opportunité pour ne rien payer. Ils planquent leur magot dans les paradis fiscaux, ils spéculent sur les matières premières et crient au loup dés qu’un ouvrier exige 2 à 3 % d’augmentation de salaire. Ces riches même se réfugient en Suisse ou en Belgique où ils ne risquent pas d’être imposés. De plus ils se payent des avocats pour frauder encore plus le fisc par divers artifices juridiques.

Notre « tolérance » à leur égard devient insupportable et nous devons proclamer leur « inutilité » dans la future constitution révolutionnaire que le corps social un jour ou l’autre mettra en place. Cette riche bourgeoisie qui nous nargue constamment doit dégager au plus vite, on doit lui supprimer la nationalité française qu’elle ose refuser à certains immigrés qui travaillent durement sur notre sol. Ces riches insupportables par leur arrogance de classe ont fait leur temps et sont complètement inutiles à l’économie que le patronat familial avait développé au 19ème et 20ème siècle, au temps où une partie de la bourgeoisie était encore pionnière comme Ford. Maintenant ils font de l’argent avec de l’argent, à travers les banques traderisées, les hegges-fund, les fonds d’investissement et souverains, et bien d’autres combines financières qui déstabilisent l’économie mondiale et appauvrissent les populations. Nous devons donc les rendre complètement inutiles en nous appropriant tous les moyens de production sous forme coopérative, en utilisant une monnaie qu’ils ne pourront plus utiliser pour leurs affaires. Ils devront donc se plier au nouvel état de fait exigé par les citoyens, ou disparaître de leur plein gré en tant que classe exploiteuse. Seront-ils malheureux de ne plus baigner dans la richesse ? Peut-être, mais ça ne durera que le temps d’adaptation que les russes blancs ont endurés après la révolution d’octobre.

Certains riches deviendront SDF par peur du travail, nous les aiderons psychologiquement pour que ce ne soit qu’un mauvais moment à passer (7 heures par semaine par exemple comme Sarko le proposait au titulaire du RSA).

En tous cas pour l’instant ils nous emm……Et la question est toujours posée avec « ses pleureuses » qui nous cassent les oreilles …

Publié dans Société | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

AH ! LES PAUVRES RICHES…

pauvres-riches

N’avez-vous jamais entendu, dans votre entourage, cette injonction répétée comme un leitmotiv par des personnes qui ont souvent du mal à joindre les deux bouts :”arrêtez de taper sur les riches et les patrons, ce sont eux qui nous font travailler”. Et l’artisan ou le commerçant du coin, qui peine parfois à se payer un salaire, approuve. Il se sent solidaire, car il se considère comme un patron ! Et bien désolé de vous décevoir, lorsque l’on parle des riches et du patronat, vous n’en faites pas partie. Aux yeux de ceux dont on parle et qui représentent 1% de la population, vous n’êtes qu’une quantité négligeable comme le reste de la population.

« Heureusement qu’il y a des riches pour nous faire travailler ! » : donc à l’aube de l’humanité, l’homme aurait-il dû se laisser mourir de faim, sous prétexte que personne ne lui donnait du travail ? Aurait-il dû renoncer à se construire un abri ou à se vêtir ? Aurait-il du renoncer a améliorer sa vie ? Aurait-il du renoncer à chasser et à cueillir des baies ? Non, l’homme avait trop de choses à faire pour lui et son clan, et il n’avait pas le temps de travailler pour une bande d’exploiteurs qui lui auraient confisqué le fruit de son travail. Cette notion de travail véhiculée par les « pauvres-riches » est la référence de ceux qui ne travaillent pas et encaissent les bénéfices, alors que le but de l’activité économique ne devrait pas être de créer de la richesse à tout prix, mais simplement de satisfaire les besoins de chaque membre de la communauté !

Alors, va-t-on les plaindre ces « pauvres-riches » !! Ils sont une poignée, possèdent le monde et mettent les peuples en esclavage ! Va-t-on plaindre Bettencourt, Dassault, Mittal, ou ceux du Medef …, les voyez-vous, attristés et malheureux ? Ici et ailleurs, des pauvres gens se battent désespérément pour survivre face à ces rapaces, face à ces requins. Souvent sans résultat malheureusement, car ces prédateurs sont soutenus par des pauvres d’esprit qui s’imaginent faire partie de leur monde parce qu’ils ont la villa, la télé et le lave vaisselle !

Lorsque le gouvernement de monsieur Hollande, qui n’a rien de révolutionnaire, projette un temps soit peu de toucher à leurs avantages et leurs privilèges, ces vautours se déguisent en pigeons. La droite en profite pour faire son ram-dam, relayée par ses journaux et ses valets victimes du célèbre syndrome du larbin. Les « pauvres-riches » crient au scandale, et tous les moutons inconscients les acclament et reprennent en cœur leurs revendications. Alors que lorsque les patrons et les riches pleurent, le peuple devrait se réjouir. Par contre lorsqu’ils sont contents, le peuple depuis le temps devrait savoir qu’il va en payer l’addition !

Les « pauvres-riches » ont déclaré la guerre des classes depuis bien longtemps et seuls leurs serviteurs abrutis de propagande télévisuelle le nient. Depuis des décennies nos impôts servent à financer le non paiement d’une partie de leurs cotisations et leurs exonération fiscales, et ceci sans aucun résultat convainquant sur le chômage. Faire confiance aux « pauvres-riches » pour lutter contre le chômage est d’une grande naïveté. C’est pourtant ce que ces rapaces voudraient nous faire croire, alors que pour eux, un niveau élevé de chômage reste leur meilleure arme pour lutter contre nos droits sociaux.

Cette bande de requins se sert impunément de l’Etat comme courroie de transmission pour piller les populations. Mais savez-vous le plus drôle, ou le plus triste ? Je prends les paris que si l’UMP (l’Union des Moutons de Panurge) organise une manif, on va y voir aux cotés des « pauvres-riches », tout un tas de pauvres gens intoxiqués par la propagande en cours,tout heureux de taper sur eux-mêmes, c’est à dire sur le fonctionnaire, le pauvre, l’étranger, le travailleur, le salarié, le chômeur ou le précaire !

Jean Pierre ACASOCA

Publié dans Société | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

LES PAUVRES NE SONT NI DES ASSISTES, NI DES FRAUDEURS !

pauvre cul

Beaucoup de choses fausses sont dites sur l’assistanat et la fraude sociale, qui coûteraient cher à la France … Elles installent une rhétorique qui risque de marquer les esprits pour longtemps. Nous vous invitons à déconstruire ces contre-vérités et à diffuser largement ce document autour de vous.

Non, les pauvres ne sont pas des assistés. Aujourd’hui, tout le monde ne parvient pas à trouver du travail. En 2012 en France il y a entre 3 et 5 millions de chômeurs, selon la catégorie considérée, 8,7% de chômage chez les 16-25 ans ayant bac+2, et 35% chez les non-diplômés (voir ici page 36-37). Le taux de chômage des 15-29 ans était en 2009 de 29,5% en zone urbaine sensible et de 16,9% en moyenne nationale (source DARES, Analyses, 2010, n°072).

64% des chômeurs interrogés dans huit pays européens déclarent qu’ils veulent retrouver un emploi, même si cela ne leur procure pas un gain financier, alors que seuls 48% des personnes déjà en emploi déclarent vouloir conserver leur travail dans une telle situation (source étude Duncan Gallie en 1999 ).

L’enquête « L’influence des incitations financières sur le retour à l’emploi des bénéficiaires de minima sociaux » menée en 2009 par la Direction Générale du Trésor montre que la valeur accordée au travail et la volonté d’assurer le meilleur avenir possible aux siens conduisent la plupart des bénéficiaires à accepter la reprise d’un emploi, même sans gain financier immédiat (voir ici).

Les principaux freins évoqués pour la reprise d’un travail sont le manque d’emplois, de moyens de transport, de formations adaptées, de modes de garde accessibles, etc.

Certaines personnes restées depuis longtemps sans travail ont besoin d’être particulièrement soutenues pour revenir à l’emploi. De plus, l’accompagnement des chercheurs d’emploi n’est pas à la mesure des besoins. Le nombre moyen de demandeurs d’emploi suivis par un conseiller de Pôle Emploi était de 85 fin 2008, 95 en 2009, puis 105,8 fin décembre 2010. Le Sénat estime qu’il faut se rapprocher de 60 (rapport du Sénat 2011 ).

Non, les pauvres ne sont pas des fraudeurs. La fraude aux prestations sociales est évaluée à environ 3 milliards d’euros et concernerait 1% des particuliers (source Cour des comptes) ( NB : dans ces 3 milliards figure une part de fraude due aux médecins qui font des dépassements d’honoraires) et 90% de ces 3 milliards sont récupérés.

La CNAF estime le taux de fraude à :

—0,46% pour les prestations familiales, 3,1% pour l’API (Allocation Parent Isolé), 3,6% pour le RMI-RSA (source : AFP, 29 avril 2010).

—C’est à comparer avec la fraude aux prélèvements sociaux des entreprises, évaluée entre 8 et 12 Milliards € et qui concernerait 10% des entreprises (source Conseil des prélèvements obligatoires en 2007),

—Et avec la fraude fiscale, évaluée entre 20 et 25 Milliards € par le Conseil des prélèvements obligatoires en 2007, ou 30 Milliards € par la Direction du Budget, ou encore 50 Milliards € par la Commission Européenne.

D’aprés ATD (Agir Tous pour la Dignité) Quart Monde France

Lire également : LA REVOLTE DES SDF

Publié dans Société | Marqué avec , , | Laisser un commentaire