CHÔMAGE : détruire nos droits au nom de l’emploi ?

Posté par 2ccr le 20 juin 2015

 prisonAu nom de la lutte contre le chômage, une offensive tous azimuts est lancée depuis des années contre les droits sociaux… Depuis les années 70, nous sommes entrés dans l’époque du chômage de masse. Aux chômeurs ­totaux s’ajoutent celles et ceux qui oscillent du chômage à l’emploi précaire et arrivent à travailler quelques heures dans la semaine ou quelques semaines dans l’année. Par ailleurs, il y a tous ceux qui sont en contrats aidés sans horizon, qui ont dû ­accepter des emplois à temps partiel, ou qui ne leur conviennent pas et cherchent autre chose. Au ­total plus de 5 ­millions de personnes.

Comment justifier l’injustifiable? La montée du chômage a servi de prétexte à accorder au patronat tout une série d’avantages, justifié par la théorie économique dominante. Il y a eu d’abord la thèse selon laquelle il y avait un déficit d’embauches car certains chômeurs n’étaient pas assez productifs. Des aides à l’embauche de durée limitée ont été créées pour les jeunes, les « seniors », les chômeurs de longue durée. Toutes les études sérieuses ont montré que ces contrats aidés créaient une proportion dérisoire d’emplois dans le privé et se substituaient souvent aux emplois statutaires dans le privé. Certains employeurs ont pris l’habitude de faire « tourner » les emplois aidés en remplaçant la personne en fin de contrat par une nouvelle sous le même régime.

Ensuite, toujours au nom du chômage, ont été accordées des aides permanentes aux entreprises sous forme d’exonérations de la part patronale des cotisations sociales. Les estimations officielles des emplois supplémentaires en résultant sont très fragiles et, même si elles étaient vraies, le coût par emploi créé serait considérable, dans tous les cas comparable à des embauches utiles dans les services publics.

Troisième piste d’inspiration pour nos penseurs officiels, la prise en charge sur fonds publics d’une partie du salaire : pour pousser les chômeurs à accepter des emplois sous-payées, on va mettre en places des usines à gaz (prime pour l’emploi – la PPE, RSA activité, …) leur distribuant un supplément, dont l’obtention n’est d’ailleurs pas toujours évidente : la moitié seulement de ceux qui pourraient le percevoir reçoivent le RSA activité.

Le patronat en rêvait… Dans la foulée de leurs prédécesseurs de droite et de gauche, Hollande et Valls bricolent ces dispositifs en changeant les titres et les emballages. Le « contrat d’avenir » pour les jeunes a ainsi été mis en place. La PPE devrait fusionner avec le RSA activité dans une « prime d’activité ». Des rallonges ont été annoncées aux 25 milliards d’exonération des cotisations patronales.

Dans les derniers mois, trois pistes supplémentaires, mais pas si nouvelles que ça, ont été lancées. D’abord, le contrôle des chômeurs annoncé récemment par Rebsamen. Ensuite, l’idée qu’il faut en finir avec la « peur de l’embauche »… En résumé, pour créer des emplois, il faut faciliter les licenciements et les rendre moins coûteux dans l’éventualité où le salarié réussirait à obtenir une indemnité importante aux prud’hommes. Enfin, toute une série d’idées patronales sont dans les tuyaux gouvernementaux, dans le projet de loi Rebsamen sur le « dialogue social » et au-delà.

Rien que pour l’apprentissage, deux mesures viennent d’être annoncées. Non seulement, à partir du 1er juillet, les petites entreprises embauchant des apprentis ne paieront pas de « charges sociales » mais recevront une aide de l’État de 1 000 euros par trimestre. Et comme les rêves patronaux doivent devenir réalité, le secrétaire d’État Thierry Mandon vient d’annoncer que patronat et syndicats vont discuter des « conditions d’une augmentation de la durée quotidienne de travail des apprentis dans la limite de 10 heures par jour et de la durée hebdomadaire jusqu’à 40 heures par semaine, voire à titre exceptionnel au-delà de 40 heures » !

Travailler moins pour travailler tous … La seule période où des emplois ont été créés en nombre important dans la foulée d’une décision de l’État, c’est lorsqu’a été mise en place la réduction du temps de travail, malgré les insuffisances graves des lois Aubry de 1998 et 2000. Les actionnaires des grandes entreprises ont mis en place un système qui leur assure des dividendes quels que soient les hauts et les bas de l’activité. Quoi d’exorbitant à ce qu’une telle garantie existe pour les salariés : outre l’interdiction des licenciements, il faut la garantie du travail en réduisant massivement sa durée avec maintien du salaire.

Au-delà des mots, les préconisations de Trotski en 1938 ont un caractère résolument moderne : « Contre le chômage, tant “structurel” que “conjoncturel”, il est temps de lancer le mot d’ordre de l’échelle mobile des heures de travail : Le travail disponible doit être réparti entre tous les ouvriers existants, et cette répartition déterminer la longueur de la semaine de travail ».

 Henri Wilno

« La science permet de savoir comment faire fonctionner un train, l’histoire de savoir qu’il peut parfois aller à Auschwitz. »…Jean-Christophe Defraigne, professeur, Université de Louvin

Et toujours a propos du chômage …

 

Publicités

A propos lucien57

Jeune homme d'un certain age mes hobby sont l'Informatique le jardinage,La cuisine.J'aime tout ce qui est nature ,les grands espace, la faune , la flore , la mer enfin la mère nature qui !elle a toujours le dessus.Je m’intéresse a tout,politique ,société et tout ce qui va avec.
Cet article, publié dans Société, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s