« C DANS L’AIR »… DU TEMPS

Posté par 2ccr le 14 novembre 2015

TOPSHOTS-ITALY-ART-BIENNALE-BRAZIL

À l’antenne depuis septembre 2001, l’émission « C dans l’air » repose sur un cahier des charges relativement simple : trois ou quatre experts en tout et en rien, triés sur le volet, viennent bavarder, au besoin relancés par le bon sens d’Yves Calvi. Les invités ont presque toujours le bon goût d’être d’accord sur, ce qui permet de discuter confortablement de broutilles, et de faire passer les points centraux du débat comme déjà tranchés – par les « experts ». Ces débats faussement vrais (et parfois vraiment faux) ne s’improvisent pas : la composition du plateau est souvent un modèle de déséquilibre. Car, « C dans l’air » présentent une vision très particulière du pluralisme : une pluralité de voix identiques, à quelques bémols près.

L’émission « C dans l’air » diffusée chaque après-midi sur France 5 et animée la plupart du temps par l’infatigable Yves Calvi (qui par ailleurs pérore sur France 2 et sur RTL), apparaît comme un bon exemple d’orthodoxie pédagogique. Tous les jours, trois ou quatre experts débattent autour d’un thème d’actualité. Comme l’émission est quotidienne, la rédaction de « C dans l’air » doit trouver des spécialistes rapidement disponibles et acclimatés aux codes de la télévision (concision du discours, clarté du propos, complaisance à l’égard du média hôte…). Des fast-thinkers en somme…

Ainsi, au fil des ans, Calvi et son équipe se sont dotés d’un panel d’experts en tout et en rien. Le Proche-Orient est-il à l’ordre du jour ? C’est Pascal Boniface qui s’y colle. Ce dernier est-il absent ? On convoque Antoine Sfeir. S’agit-il de comprendre les fluctuations de l’opinion sondée ? Dominique Reynié arrive à la rescousse. La politique politicienne est-elle au menu ? Christophe Barbier (sans écharpe rouge) et Roland Cayrol s’ébattent devant le micro. Et lorsqu’il est question d’économie ? Idem, ils sont une poignée à venir plastronner.

Sur la période allant de septembre 2011 à septembre 2012, crise oblige, plusieurs dizaines d’émissions ont été consacrées à l’économie. Outre des journalistes, chefs d’entreprises ou syndicalistes, 103 invitations ont été attribuées à des « économistes ». On entend ici par « économistes » des personnes présentées par « C dans l’air » comme « professeur d’économie » ou « de gestion », « chercheur en économie », « conseiller économique ou financier », « analyste financier », ou… « Économiste ». Sur cette période donc, 26 économistes se sont répartis les 103 invitations et ils ne sont que quinze à avoir été invités une seule fois. Onze économistes se partagent donc 92 invitations.

Ces économistes défendent tous l’orthodoxie libérale, et s’il existe quelques nuances entre eux, il n’en demeure pas moins qu’ils sont tous favorables à la construction européenne, au libéralisme économique et à la mondialisation. Présentés comme économistes, ils sont presque tous impliqués dans la banque et la finance, et plus globalement dans le monde de l’entreprise en tant que conseiller ou administrateur… sans parler de leur appartenance politique.

Les brefs curriculum vitae de ces piliers de « C dans l’air » révèlent la taille (réduite) du périmètre à l’intérieur duquel est traitée la question économique. Par leurs positions sociales, par leurs appartenances politiques, par leurs orientations idéologiques et, pour certains, par leur implication dans des entreprises privées, ils forment un groupe très homogène, assez représentatif de l’ensemble des économistes invités dans les médias. Mais beaucoup moins représentatif de l’ensemble des économistes, et encore moins de la diversité des analyses de la situation économique actuelle, de ses causes et des remèdes possibles.

En définitive, le cercle des privilégiés s’auto-entretient grâce à deux ingrédients maintes fois identifiés dans les travaux de la sociologie des médias : la paresse des journalistes et l’omniscience imaginaire mais revendiquée des experts. La présence médiatique des économistes vedettes devient exponentielle avec le temps : la consultation occasionnelle engendrant l’invitation occasionnelle qui, en se répétant, entraîne l’invitation régulière qui, en se reproduisant, implique inéluctablement l’omniprésence médiatique des mêmes et des semblables. Leurs innombrables erreurs n’y font rien : ils gardent la confiance aveugle des médias.

Source

« Ils nous ont menti sur tous et se sont trompés sur le reste » C. LESEXPERT

Publicités

A propos lucien57

Jeune homme d'un certain age mes hobby sont l'Informatique le jardinage,La cuisine.J'aime tout ce qui est nature ,les grands espace, la faune , la flore , la mer enfin la mère nature qui !elle a toujours le dessus.Je m’intéresse a tout,politique ,société et tout ce qui va avec.
Cet article, publié dans Société, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s