Revenu de base : une analyse marxiste

Face à la crise de l’emploi, le revenu de base inconditionnel est l’un des thèmes fétiches des occupants de la place de la République des « Nuits debout ». Il est souvent présenté comme la mesure radicale et novatrice appropriée par les promoteurs de la thèse de la « fin du travail », autant que par les tenants de la flexibilité du marché du travail. Nombre d’entre eux se sont rassemblés dans le Mouvement Français pour un Revenu de Base. Les fondements théoriques mobilisés par ses membres sont hétéroclites, allant des thèses revendiquant l’hétérodoxie marxiste aux théories néoclassiques les plus traditionnelles.

Un attelage hétéroclite en faveur du revenu de base

La fin du travail ?

L’argumentaire « fin du travail » est en substance le suivant. Le système économique dominant est source de destruction d’emplois parce qu’il pousse les entreprises à accroître la productivité. Les innovations techniques détruisent nécessairement des emplois. Le travail n’est plus le grand intégrateur sociale. Il faut donc octroyer à chacun un revenu universel de la naissance à la mort afin de lui permettre de vivre dans un monde où les richesses sont produites par les machines. Libre à celles et ceux qui le souhaitent de s’aliéner au travail. Le revenu de base permettra à ceux qui le souhaitent de s’émanciper et de s’épanouir dans des activités « citoyennes », associatives, culturelles ou sociales.

 Impôt négatif et flexibilité du marché du travail

Le revenu de base possède son avatar libéral, en son temps théorisé par Milton Friedman à travers l’idée d’un impôt négatif. Il est aujourd’hui défendu par des économistes conservateurs comme Jacques Bichot ou, sur la scène politique, par le sarkozyste Frédéric Lefèvre. Pour les libéraux, octroyer un revenu de base permettrait de débarrasser le marché du travail de toutes ses « rigidités » (salaire minimum, prestations financées par des « charges sociales »). Le revenu minimum représente la dotation initiale des agents économiques rationnels, dont les calculs peuvent dès lors opérer sans entraves sur un marché en concurrence parfaite, supposé converger vers un équilibre de plein-emploi.

Qu’aurait dit Marx ?  

Le revenu universel est également défendu par des auteurs hétérodoxes qui, dans la lignée de Tony Négri, avancent que le capitalisme cognitif (voir Le capitalisme cognitif, Multitudes n° 32, éd. Amsterdam, 2008) aurait pris le pas sur le capitalisme classique, où le temps de travail est la mesure de la valeur. La connaissance, supplantant peu à peu le travail industriel, serait la nouvelle source de création de valeur, incommensurable en temps de travail. Cette approche est-elle franchement novatrice ? Les ordinateurs ne sont rien d’autre que le produit du travail vivant. Marx aurait ici pu soutenir que l’économie numérique représente du travail mort mis en mouvement par du travail vivant ultra-complexe, c’est-à-dire très qualifié. L’hétérodoxe pourrait encore convoquer Marx lorsqu’il avance qu’avec le progrès technique, le travail vivant cessera, lorsque la science et la technique seront devenues des forces productives immédiates d’être la mesure de la valeur. La maxime saint-simonienne invitant à « remplacer le gouvernement des hommes par l’administration des choses » pourrait dès lors prendre corps.

Mais cet horizon lointain suppose d’abord que les salariés s’approprient le pouvoir dans les entreprises afin d’y contrôler la production et la répartition des richesses. Ils devront alors réduire la durée du travail pour tous, jusqu’à ce que la productivité permise par la mise en mouvement du travail mort (accumulé dans le capital constant, la machine) par le travail vivant soit telle que la durée du travail de tous devienne marginale. Le « de tous » est ici essentiel et suppose un vaste mouvement de réduction du temps de travail à mesure que la productivité croît. Tel est d’ailleurs le mouvement séculaire dont l’humanité a bénéficié, provisoirement stoppé avec le retour de balancier en défaveur du salariat. Pendant les trente glorieuses (dont nous n’avons aucunement la nostalgie), le plein-emploi aurait été impossible si la durée du travail était restée supérieure à 45 heures par semaines et que le mouvement ouvrier s’était focalisé sur une allocation universelle en abandonnant le combat pour la répartition des gains de productivité sous forme de hausses de salaires directs et indirects et de réduction du temps de travail ? De nos jours, si la durée du travail devait en rester à ce qu’elle est (ou augmenter avec les dispositifs légaux envisagés), l’ajustement continuera de se faire par le chômage. Aller vers le socialisme nécessite assurément de poser conjointement le problème du contrôle de la production (socialement utile et écologiquement responsable) par les travailleurs, de la lutte contre la pauvreté et de la réduction du temps de travail. L’Homme pourra alors (mais seulement après avoir exproprié le capital et réorganisé la production) travailler deux heures par jour et s’adonner à la littérature, à la pêche ou à toute autre épanouissement, comme l’imaginait Marx dans l’Idéologie allemande.

Pour l’heure, la durée effective du travail à temps plein reste supérieure à 40 heures en France. Le mouvement de réduction du temps de travail est bloqué par des lois qui s’attachent à détricoter les 35 heures. Le pouvoir dans les entreprises est contrôlé par des noyaux durs d’actionnaires cherchant à réduire la part de la valeur ajoutée rémunérant la force de travail et à allonger la durée du travail pour maximiser la plus value absolue. Les PME sous traitantes sont sous leur joug. Les représentants des salariés y sont affaiblis. Dans ces conditions, la revendication d’un revenu universel ne doit pas détourner le mouvement social du véritable enjeu de la lutte des classe : le pouvoir économique, qui se noue dans la sphère de la production.

Salaire à vie versus revenu de base ? Entre universalisme et socialisme

Capture d’écran 2016-04-18 à 19.54.30

Le marxiste Bernard Friot (voir Bernard Friot, Puissances du salariat, La Dispute, 2012) l’a bien compris, lui qui préfère parler de salaire à vie que de revenu de base, parce que le salaire est à attaché à l’emploi, et donc aux droits que les salariés sont en mesure, ou non, d’arracher aux capitalistes.

Ce salaire à vie n’est rien d’autre que la version pérenne du salaire indirect, encore appelé salaire socialisé, issu de la création de la sécurité sociale et prenant la forme de la prestation sociale (chômage, retraite, maladie), financée par la cotisation sociale dans une logique assurantielle à la Bismarck. Le salaire à vie permet aux travailleurs de se former et de se cultiver tout au long de leur vie afin de participer aux choix productifs dans l’entreprise. Le salaire à vie est la figure par excellence de la prestation sociale associée à une sécurité sociale professionnelle achevée.

Capture d’écran 2016-04-18 à 20.06.44

Le salaire à vie de Friot, financé par la cotisation assise sur le salaire, se distingue donc du revenu de base inconditionnel, déconnecté du travail, dont on suppose qu’il serait financé par l’impôt dans une logique à la Beveridge, en raison de son caractère universel. Ces deux approches ne sont, pour autant, aucunement incompatibles. Elles peuvent même s’articuler, en théorie comme en pratique. Le revenu universel existe concrètement en germe dans les minimas sociaux universels, dans lesquels basculent ceux qui ont épuisés leurs droits aux prestations sociales, liés au travail. Les promoteurs du revenu universel avance pour leur part que ce revenu devait se situer autour de 1000 euros, ce qui correspond au seuil de pauvreté, soit 60% du revenu médian. Notons ici que de montant su RSA activité varie de 524,28 euros pour une personne seule sans enfant à 1122,92 pour un parent isolé ayant deux enfants à charge. Il n’est pas utopique de relever les minima sociaux les plus bas au niveau du seuil de pauvreté (tout en tenant compte pour tous de la situation familiale) en mettant à contribution les hauts revenus dans le cadre de la solidarité nationale.

En définitive, les promoteurs du revenus de base et du salaire à vie posent chacun deux problèmes réels, de natures bien spécifiques, lorsqu’on passe aux « travaux pratiques ». Le salaire à vie maintient le revenu du travailleur victime des défaillances du système économique. Il est susceptible de voir le jour dans le cadre d’une sécurité sociale professionnelle dont l’accès serait conditionné par une cotisation liée au travail dans une logique assurantielle. Le revenu de base a, pour sa part, pour vocation de lutter contre la pauvreté. Pour cela, le relèvement des minimas sociaux s’impose plus que jamais dans une logique de solidarité. Tout ceci pose naturellement le problème du financement de ces innovations sociales, susceptible d’être résolu dans le cadre d’une réforme fiscale améliorant le rendement des prélèvements, dans le cadre de la justice sociale, et distinguant ce qui relève du financement de la prestation universelle de ce qui fonde la prestation liée au travail, en attendant le dépérissement, à très long terme, du salariat.

Liêm Hoang Ngoc (Economiste, fondateur de la Nouvelle Gauche Socialiste)

 

Publicités

A propos lucien57

Jeune homme d'un certain age mes hobby sont l'Informatique le jardinage,La cuisine.J'aime tout ce qui est nature ,les grands espace, la faune , la flore , la mer enfin la mère nature qui !elle a toujours le dessus.Je m’intéresse a tout,politique ,société et tout ce qui va avec.
Cet article, publié dans Politique, Société, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s