Morale et Politique

Emmanuel Macron, Benjamin Netanyahu, Mickael Bloomberg… La morale et la poli­ti­que ne font pas bon ménage. De Paris à Jérusalem en pas­sant par Washington, les mêmes règles, les mêmes moeurs, révé­lées en quel­ques semai­nes. Mensonges, mani­pu­la­tions, vio­len­ces ver­ba­les ou phy­si­ques, cela n’est pas vrai­ment neuf et ce serait faire preuve d’une naï­veté cou­pa­ble que de sem­bler sur­pris. Pourtant, on ne peut être blasé vu la simul­ta­néité et le déchai­ne­ment de pra­ti­ques qui toutes met­tent sérieu­se­ment en cause le fonc­tion­ne­ment digne et démo­cra­ti­que du combat poli­ti­que. Ce qui est sur­pre­nant est le cons­tat appa­rent selon lequel « plus c’est gros, plus ça passe ».

En Israël, pour les élections légis­la­ti­ves qui vien­nent de se dérou­ler, les can­di­dats ont riva­lisé à coup de clips vidéo qui pas­sent les bornes de la com­mu­ni­ca­tion poli­ti­que clas­si­que. Calomnies, racisme, appel au crime contre les arabes sont par exem­ple bana­li­sés par Benjamin Netanyahu, chef du Likoud, par ailleurs pour­suivi pour cor­rup­tion, fraude, et abus de confiance dans trois affai­res dif­fé­ren­tes met­tant en cause des « échanges de bons pro­cé­dés » por­tant sur des mil­lions de dol­lars, notam­ment pour s’assu­rer une cou­ver­ture média­ti­que favo­ra­ble.

Les mil­lions de dol­lars sont l’ingré­dient majeur injecté dans la cam­pa­gne des pri­mai­res démo­cra­tes aux USA par le mil­liar­daire Mickael Bloomberg pour entra­ver la cam­pa­gne du « socia­liste » Bernie Sanders. Battre celui qui met en cause Wall Street, qui combat pour un sys­tème de santé pour tous, qui stig­ma­tise les écarts de richesse, prône une nou­velle répar­ti­tion, n’a ainsi pas de prix. Peu importe qui le battra d’ailleurs, mais pour l’oli­gar­chie, il faut le battre. Avec pour argu­ment ultime, repris par la presse amé­ri­caine – et relayé ici par une bonne partie de la presse fran­çaise – que l’affron­te­ment contre Trump ne pourra être vic­to­rieux que si les démo­cra­tes mènent cam­pa­gne sur son ter­rain, et pas sur celui de la jus­tice sociale. Bref, lais­ser les mil­liar­dai­res débat­tent entre eux, sans trou­ble fête, donc sans débat, voila l’objec­tif.

L’absence de débat nous ramène à la situa­tion fran­çaise. Le 49-3 sur les retrai­tes en atteste. Mais plus. La der­nière inter­ven­tion pré­si­den­tielle sur fond de coro­na­vi­rus per­met­tant au pré­si­dent de dire exac­te­ment le contraire de ce qu’il fait, de défen­dre l’état pro­vi­dence qu’il s’appli­que à déman­te­ler, de pré­co­ni­ser l’exclu­sion du marché ce qu’il s’évertue à y inté­grer, ôte tout sens sérieux au débat démo­cra­ti­que. Orwell est de retour.

La morale est bafouée et appa­re­ment donc cela mar­che­rait, à Paris, à Jérusalem ou Washington. Mais c’est sans comp­ter l’irrup­tion tou­jours impré­vi­si­ble des masses popu­lai­res que les grands de ce monde veu­lent croire amor­phes pour se ras­su­rer, mais qui ne man­quent jamais de se rap­pe­ler au bon sou­ve­nir des défen­seurs d’un libé­ra­lisme tout aussi effréné que des­truc­teur.

En Israel, Benjamin Netanyahu qui par­tait vain­queur n’a pas obtenu la majo­rité abso­lue recher­chée pour avoir les cou­dées fran­ches. La crise poli­ti­que s’appro­fon­dit. Aux USA, Bernie Sanders aura beau­coup de mal à empor­ter les pri­mai­res démo­cra­tes, mais d’ores et déjà les scores qu’il réa­lise, l’engoue­ment qu’il pro­vo­que dans une grande partie de la jeu­nesse, met­tent à l’ordre du jour la cons­truc­tion d’une force poli­ti­que indé­pen­dante et socia­liste. Et en France, malgré les men­son­ges, la vio­lence ver­bale et phy­si­que, Emmanuel Macron et ses affi­dés ne sont pas par­ve­nus à infli­ger une défaite aux mil­lions qui n’en peu­vent plus et qui d’ores et déjà on scellé le sort du roi­te­let.

Partout la révolte gronde. Et si tout compte fait à l’échelle de l’his­toire exis­tait, à défaut de morale, une cer­taine jus­tice en poli­ti­que…

Jacques Cotta
Le 15 mars 2020

Publié dans Politique Internationale, Société | Tagué , , | Laisser un commentaire

Hélène ZANNIER Moselle (7ème circonscription)

Sannier Héléne

Secrétaire de la commission des lois depuis le 30/06/2017
Membre de la commission des lois depuis le 29/06/2017
Membre de l’Assemblée depuis le 18/06/2017

Groupe politique : La République en Marche

Née le 19 septembre 1972 à Saint-Avold (France)

Profession : Fonctionnaire de catégorie A

Pour la législature parlementaire 2017-2022 en cours :

0/20 pour son soutien public aux propositions de loi défendues par l’association visant à diminuer les dépenses publiques et les impôts, ainsi qu’à promouvoir la transparence de la vie publique.

2017-2018 0/7

2018-2019 0/8

2019-2020 0/4

Sa position sur les propositions de loi soutenues par Contribuables Associés

Proposition de loi N° 352 du 02/11/2017

De Monsieur Pierre Cordier visant à permettre aux personnes âgées d’au moins soixante-dix ans et aux personnes en situation de handicap de déclarer leurs revenus via les formulaires au format « papier » et à payer leurs impôts par chèque

Ne s’engage pas

Proposition de loi N° 794 du 21/03/2018

De M. Dino Cinieri visant à réserver le statut de la fonction publique aux agents exerçant une fonction régalienne

Ne s’engage pas

Proposition de loi N° 796 du 21/03/2018

De M. Eric Pauget visant à exclure de la base d’imposition de la taxe sur la valeur ajoutée les impôts, taxes et prélèvements obligatoires applicables à la fourniture d’électricité, de gaz et d’eau

Ne s’engage pas

Proposition de loi N° 868 du 11/04/2018

De M. Patrick Hetzel visant à supprimer l’Impôt sur la Fortune Immobilière

Ne s’engage pas

Proposition de loi N° 1383 du 17/12/2018

De Monsieur Franck MARLIN visant à « plafonner la retraite des anciens Présidents de la République »

Ne s’engage pas

Proposition de résolution N° 1369 du 17/12/2018

De Monsieur Philippe VIGIER « tendant à la création d’une commission d’enquête sur les dépassements budgétaires des chantiers publics »

Ne s’engage pas

Proposition de loi N° 1866 du 10/04/2019

De Monsieur Jean-Louis Thiériot visant à garantir une réelle transparence dans l’attribution des subventions publiques aux associations

Ne s’engage pas

Proposition de loi N° 1998 du 05/06/2019

De Monsieur Patrice Verchère visant à plafonner la rémunération des présidents des autorités administratives indépendantes

Ne s’engage pas

Proposition de loi N°2196 du 31/07/2019

de Madame Marie-Christine DALLOZ visant à garantir le retour à l’équilibre budgétaire

Ne s’engage pas

Proposition de Résolution N° 2486 du 05/12/2019

de Monsieur Jean-Pierre DOOR, invitant le gouvernement à commander un audit indépendant afin de procéder à une évaluation robuste et objective du coût de la fraude aux prestations sociales

Ne s’engage pas

Proposition de Résolution N° 2546 du 23/12/2019

de Madame Josiane CORNELOUP, tendant à la création d’une commission d’enquête sur l’ampleur, le coût et les causes de la fraude aux prestations sociales.

 

Ses participations aux Rendez-Vous Parlementaires de Contribuables Associés

Réunion du 15/11/2017

Réduire les dépenses de l’Etat de 50 Milliards d’euros dès maintenant, c’est possible

N’était pas présent

Réunion du 18/04/2018

« Pour une réforme des droits de succession ! »

N’était pas présent

Réunion du 27/06/2018

« Le consentement à l’impôt »

N’était pas présent

Réunion du 06/11/2018

Réduire les dépenses publiques : un impératif absolu !

N’était pas présent

Réunion du 12/03/2019

Grand Débat : trop de dépenses publiques, c’est trop d’impôts

N’était pas présent

Réunion du 02/07/2019

Lutte contre la fraude sociale

N’était pas présent

Réunion du 26/11/2019

Éoliennes : un business écologique contestable payé par les contribuables

N’était pas présent

Réunion du 28/01/2020

Chantiers publics : en finir avec les dépassements budgétaires !

N’était pas présent

Publié dans Politique Francaise | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Si c’est vrai, il faut le dire ; si c’est faux, il faut le dire… Pourquoi ? …  

Quelques questions que l’on est en droit de se poser au moment où les retraites sont remises en cause

 

– Pourquoi un député, au bout de seulement 5 ans de cotisation retraite touche une retraite moyenne de 1’500€/mois alors qu’un employé pour 42 années de cotisation touchera 896€ en moyenne ?

– Pourquoi, au bout de 2 mandats de 6 ans chacun, un sénateur peut-il toucher >3’700€/mois de retraite ?

t de se poser quand  les  retraites 

– Pourquoi, la retraite des élus n’est-elle pas prise en compte dans l’écrêtement (8’200€) des indemnités d’élus.

– Pourquoi, une cotisation retraite d’élu rapporte-t-elle en moyenne 6,50€/€ cotisé pendant 20 ans alors qu’un salarié du régime général touche entre 0,87 et 1,57€/€ cotisé pendant 42 ans ?

– Pourquoi, un élu peut-il cumuler ses différentes retraites (jusqu’à 5 retraites) ?

– Pourquoi un élu peut-il travailler en touchant sa (ses) retraite(s) d’élu complète(s) sans plafond de montant alors que le citoyen lambda ne peut le faire sans dépasser la valeur de son dernier salaire ?

– Pourquoi les élus ont-ils une retraite par capitalisation et l’interdisent-ils résolument aux « autres » qui n’ont droit qu’à une retraite par répartition ?

– Pourquoi les cotisations retraite des élus peuvent-elles être abondées par les collectivités, ce qui permet à un parlementaire de toucher sa retraite à taux plein avec moins d’annuités de cotisation ?

– Pourquoi une partie de la pension de retraite des parlementaires est-elle insaisissable (même en cas de fraude ou d’amende) ?

– Pourquoi un agent public qui voudrait se présenter à une élection législative ne devrait-il pas démissionner de la fonction publique ? Un salarié le doit, lui, s’il veut travailler ailleurs !

– Pourquoi 2 ans d’allocations chômage pour un salarié lambda du régime général et 5 ans pour les députés ? Ceux-ci ont-ils plus de mal à retrouver un travail ?

– Pourquoi les députés qui ne se représentent pas peuvent-ils toucher l’allocation différentielle et dégressive de retour à l’emploi ? Un salarié qui démissionne n’a, lui, droit à rien !

– Pourquoi faut-il avoir un casier judiciaire vierge pour entrer dans certaines professions et que ce n’est pas le cas pour être élu ?

– Pourquoi la fraude dans la déclaration de patrimoine d’un élu ne vaut-elle pas la prison mais seulement 30’000 € d’amende alors que la simple fraude d’un citoyen pour faux et usage de faux d’un document délivré par l’Administration est punissable de 5 ans d’emprisonnement et de 75’000€ d’amende ?

– Pourquoi un parlementaire (député ou sénateur) touche-t-il une IRFM (indemnité représentative de frais de mandat) de 5’770€/mois pour un député et de 6’200€/mois pour un sénateur, dont l’usage n’est pas contrôlable et pour lequel il n’a de compte à rendre à personne ?

– Pourquoi, durant son mandat, un élu peut-il s’acheter un bien qu’il nomme souvent « permanence », le payer à crédit avec l’IRFM, qui est de l’argent public, et le garder ou le vendre pour son bénéfice personnel ?

– Pourquoi les parlementaires cumulards peuvent-ils toucher plusieurs enveloppes de frais de représentation (frais en tant que président d’agglomération, frais en tant que maire, IRFM en tant que député…) ?

– Pourquoi les restaurants trois étoiles (cinq étoiles ?) de l’Assemblée nationale et du Sénat coûtent-ils si peu cher à l’élu ?

– Pourquoi un élu à revenu égal de celui d’un salarié paye-t-il moins d’impôt sur le revenu ?

– Pourquoi parle-t-on toujours de réduire le nombre de fonctionnaires mais jamais celui des parlementaires ?

 – Pourquoi les sénateurs se sont-ils versés en 2011, au titre d’un « rattrapage exceptionnel », une prime de 3’531,61 € avant les congés d’été… ?

– Pourquoi aucun chiffre n’existe sur la présence ou non des sénateurs lors des séances au Sénat ?

– Pourquoi la pension de réversion d’un élu décédé est-elle de 66% sans condition de ressources du survivant alors que celle d’un salarié du privé est de 54% sous condition de ressources du survivant (aucune réversion au-dessus de 19’614,40 brut/an !)

– Pourquoi la retraite d’un élu est-elle garantie et connue d’avance alors qu’un salarié du régime général n’est sûr de rien ?

– Pourquoi un député peut-il cumuler plusieurs « réserves parlementaires » sans que cela se sache officiellement ?

– Pourquoi l’indemnité de fonction d’un député et son IRFM ne sont-elles pas imposables ?

– Pourquoi un député a-t-il droit au remboursement de frais de taxis parisiens (alors qu’il touche l’IRFM pour ça) ?

– Pourquoi un ancien sénateur ou un ancien député ont-ils droit à la gratuité à vie en première classe SNCF ?

– Pourquoi un ancien sénateur et son conjoint ont-ils le droit du remboursement de la moitié de 12 vols Air France/an et à vie ?

– Pourquoi un sénateur peut-il emprunter jusqu’à 150’000 € à un taux préférentiel ?

– Pourquoi les anciens ministres, leurs conjoints et leurs enfants ont-ils droit à la gratuité à vie des vols Air France et à la gratuité à vie des transports sur le réseau SNCF ?

– Pourquoi y a-t-il dans le service des fraudes un service spécial pour les élus ?

– Pourquoi une fraude d’élu est-elle différente des autres pour bénéficier d’un traitement de faveur ?


Pourquoi ?

A plus

Patrick

 

   

 

 

 

Publié dans Politique Francaise, Société | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

La Sociale : lettre d’information n°52 Nouveaux articles depuis le 5 février 2020

Publié dans Société | Laisser un commentaire

Mais qu’est ce que la CFDT ? …

Le mouvement social sur les retraites qui s’oppose à Emmanuel Macron et son gouvernement depuis plus de six semaines met en exergue le rôle et la fonction de la CFDT. Certains voient dans la centrale de Laurent Berger un concentré de trahisons individuelles qui expliqueraient une stratégie récurrente dans chaque conflit social : chevaucher le mouvement dans un premier temps, chercher des points de détails sur lesquels négocier, et enfin mettre tout son poids dans la balance pour faire fléchir la mobilisation et jouer la béquille du gouvernement ou du patronat contre la volonté des salariés et ouvriers en grève. Cette vision purement policière occulte l’essentiel, la nature réelle de la CFDT. Par ses gênes, cette centrale qui pour les besoins de la cause gouvernementale porte le nom de syndicat, n’est en réalité qu’une organisation patronale et pro-gouvernementale opposée à la classe des ouvriers et salariés. C’est dans l’origine même de cette organisation, dans sa doctrine, dans ses textes fondateurs que l’on peut, si on s’en donne la peine, trouver la véritable nature de cette organisation, dont le patron n’est autre que le président de la Confédération européenne des syndicats, bras armé de l’union européenne dans le monde syndical, chargé de promouvoir l’ensemble des réformes que rejettent les peuples, dont celle sur les retraites. Evidemment il ne s’agit pas d’amalgamer les simples syndiqués à leur direction. Mais comme il serait de salubrité publique que les adhérents à cette organisation patronale lui portent un coup fatal, il est important et urgent d’éclairer sur sa véritable nature et sa fonction. J’avais traité dans le détail cette question dans mon livre « Hollande l’imposteur » paru en 2014. Mis à part quelques noms qui ne sont plus d’usage, je n’ai rien à retirer du contenu que je développais alors. J’en redonne ci dessous quelques extraits, mettant à disposition pour tous ceux qui me le demanderont, dans la mesure du stock encore disponible, l’ouvrage dans son ensemble.

A l’époque où j’écrivais ces lignes, le prédécesseur de Laurent Berger se nommait François Chérèque. Dans une réunion dans laquelle j’avais pu m’introduire alors qu’on m’avait indiqué que ma présence n’était pas souhaitée (une raison supplémentaire pour trouver un stratagème me permettant de franchir l’interdit), il faisait l’apologie des mesures gouvernementales et patronales et distillait ses conseils.

par Jacques COTTA le 31 janvier 2020

Publié dans Politique Francaise | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Le petit cochon rose est mort !!     NOS HOMMES ET FEMMES POLITIQUES L’ONT TUÉ.

            Remerciements à l’Istréen qui nous a permis de connaître ce fait aberrant !
> > > > >
> > > > >   Le petit cochon rose du manège est mort….
> > > > >   À tous ceux qui ont des petits enfants, mais aussi à tous les autres, il est grand temps de commencer à réagir !
> > > > >

                 Un petit cochon expulsé à Istres! INCROYABLE!
> > > > >   Après les croix dans les hôpitaux voici les cochons sur les manèges. 
> > > > >   Et après,… nous serons obligés de nous laisser pousser la barbe ?
> > > > >  Sommes-nous encore chez nous ?   
> > > > >   Le manège a perdu son cochon… 
> > > > >   Enlevé à la demande de parents musulmans! 
> > > > >   Mais alors? 
> > > > >  Faudra-t-il enlever les rayons charcuterie dans les boucheries et grands magasins ?
> > > > >  Faudra-t-il bâcher les box des races porcines au salon de l’agriculture ?

> > > > >  Faudra-t-il enlever les images des manuels scolaires pour la fable des 3 petits cochons ?
> > > > >   Il est désolant de constater qu’un nombre important de Français ne s’en aperçoit pas et fait preuve d’un manque de lucidité flagrant.
> > > > >   Cette dictature prend les formes les plus diverses.
> > > > >
> > > > >   Ainsi à ISTRES en Provence, il y avait dans une allée piétonnière un petit manège pour jeunes enfants. 
> > > > >   Sur ce manège était installé un petit cochon rose. 
> > > > >   Les islamistes ont demandé l’enlèvement de ce cochon parce qu’il troublait leurs enfants. 
> > > > >   Le « caïd » local (lisez le maire), pour gagner quelques électeurs musulmans a obtempéré. 
> > > > >   Envoyé par un Istréen, observateur averti.
> > > > >
> > > > >   NOUS SOMMES BIEN DANS UN PAYS DE CONS! 
> > > > >   Vous soumettrez-vous aux exigences de plus en plus nombreuses des islamistes ? 
> > > > >
> > > > >   Si oui, vous pouvez détruire ce mail. 
> > > > >
> > > > >   Si non, agissez par n’importe quel moyen, ne vous laissez pas faire, après il sera trop tard nous serons complètement envahis par leurs revendications. L’union fait la force, en nous serrant les coudes on résistera, la France restera française et ne deviendra pas islamiste.
> > > > > Il faut pousser nos politiques à supprimer les diverses aides comme cela s’est fait dans d’autres pays dont ils sont partis pour venir massivement en France.
> > > > >
> > > > >   En supprimant l’AME pour les illégaux et le RSA pour les non-Français , le gouvernement trouvera les milliards d’euros qu’il cherche désespérément dans nos poches. 

Publié dans Société | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire